dimanche 3 mars 2013

Un mois de Golden League


Plusieurs mois sans poster, j'espère vous avoir (un peu) manqué (sourire). Je reprends du poil de la bête avec un premier article sur la Golden Palace League, l'un de mes rendez vous réguliers sur la room du même nom. 

La saison 1 de la Golden Palace League 2012 a vu Tim Verheyen (plus connu sous le pseudo geistingen) rejoindre les joueurs sponsorisés de la room pour une période de 6 mois. Les premières maladies de jeunesse sont passées et le challenge a subit un lifting important au départ de la saison 2, dès janvier 2013. En effet, plus besoin de jouer chaque jour et partiellement sacrifier une vie sociale bien remplie pour accumuler les points. Aujourd'hui, seuls les 12 meilleurs résultats du mois sont retenus pour le classement général. Les points "bonus" ont presque totalement disparu également, laisser la part belle au "vrai" poker.

Mais viser la victoire au général n'est pas simple pour autant. Les meilleurs cumulent près de 600 points, soit une moyenne de 50 points par tournois. Autant dire qu'il faut accumuler les ITM sur les tournois à plus gros coefficients, incluant les deepstack $11 et $22 mais aussi les plus abordables et très recherchés tournois rebuy à $5 et $3 proposés chaque dimanche et lundi. 

Le niveau moyen est plutôt relevé et la Golden Palace League n'est sans doute pas l'endroit idéal pour grinder sans souci. Tout le monde se connait et prend en général plaisir à se retrouver. La structure des tournois à gros coefficients facilite un jeu de qualité (jusqu'à 15,000 jetons et 20 minutes de blindes). Idéal pour améliorer sa lecture et son poker dans un environnement compétitif. Un rendez vous presque journalier, où le plaisir prend le dessus mais où seuls les meilleurs sont à même de faire grimper leur bankroll. Sur le mois, une centaine de joueurs se croisent et les plus réguliers se retrouvent presque chaque jour.

Trois objectifs avoués ...

1. la win au général chaque mois. Au delà des 500€ promis au vainqueur, elle ouvre la porte à une finale live dont le vainqueur se verra rejoindre les joueurs sponsorisés pour une période de 6 mois

2. une place dans le top 10%, soit une dizaine de joueurs, ouvrant la porte à une finale mensuelle on-line attribuant jusqu'à 2 semaines de tickets 

3. accroître sa bankroll. Pas l'endroit rêvé pour les débutants, mais tout à fait jouable si on s'y consacre avec un peu de sérieux. Le tournois les plus intéressants peuvent être rémunérateurs, jusqu'à $120 sur les tournois rebuy dans un field variant de 30 à 40 joueurs.


Pour ma part, je rejoindrai avec plaisir mes compagnons de ligue pour jouer dans les prochains jours ma seconde finale on-line consécutive. Avec 312 points et une 5ème place au général, il me faudra franchir une étape pour remporter une ligue mensuelle mais ce n'est pas utopique ! Ce soir, place au $R+5, ce sera mon premier tournoi du mois !
Lire La Suite...

dimanche 5 août 2012

WASOP ... quand tu nous tiens!


Charge professionnelle oblige, je sais déjà depuis plusieurs semaines que je ne jouerai pas les WASOP. Pas le main ni le side ... mais l'event 5 me fait de l'oeil. 2 jours de tournois, durant le dernier week end. 15000 jetons et des blindes de 30 minutes sur ce 220€. A priori alléchant mais il ne faut pas s'y tromper, c'est un tournoi à structure rapide avec une situation de push/fold possible après moins de 4 heures de jeu si je ne parviens pas à monter un tapis assez rapidement.

Peu importe, je suis en confiance et mon plan de bataille est établi. J'arrive donc calme et très détendu vers 14H hier à Namur, prêt à en découdre. "A-game" en tête malgré des résultats qui se font encore attendre, j'ai bien l'intention de passer en revue mon arsenal de coups, trouver le juste milieu dans l'agression et être plus attentif à la position et aux joueurs qu'aux cartes. Un bon test quoi!

Table 11 siège 6 ... Tante So à ma droite et Pierre Salmé à ma gauche. Même pas peur (sourire). Quelques habitués du casino complètent la table. Petit clin d'oeil également à Nicolas Van Gorp qui occupe la table voisine.

Je touche assez rapidement une paire d'As ... toujours intéressant mais à ce niveau de blindes, difficile de rentabiliser sauf face aux maniaques. Call, call, raise, re-raise, ..., je monte en 5-bet préflop et remporte le pot. Le ton est donné. 17K!

Bon feeling, je suis en confiance. Blindes 100/200 lorsque je reçois une pocket 88 en BB. Call, call, mini raise à 500 en MP ... je me méfie de ce move mais me suis aussi fixé l'objectif de jouer post-flop dès que l'occasion m'en est donnée. Pas envie de me voir dominé au flop, il faut que je me situe ... je décide donc de 3-bet le relanceur à 1750. Il paie et nous sommes en face à face. Flop J5x, checké par les 2 parties. Vilain replace ses lunettes et son check me parait faible. Plutôt tendance à le placer sur un gros As ou une paire moyenne ... voyons voir. Le tournant dévoile un second 5 et vilain envoie un barrel à 3000. J'ai montré de la force depuis le début du coup et ses tells trahissent trop de faiblesse. Pas envie de lâcher cette main, je décide de le mettre sous pression en relançant de nouveau à 7500. Il prend le temps mais paie finalement. Le "9" sur la rivière n'apporte rien et vilain checke à nouveau. Je ne lui prendrai plus rien et une nouvelle relance m'exposerait inutilement. Je checke donc et prend le pot sans voir sa main, une règle locale lui permettant de mucker face à une main gagnante. Au culot, je suis lancé!

Toujours en blindes 100/200 et cette fois face à Pierre Salmé. En défense de blindes, je découvre ATs et décide de call sa relance UTG à 2.5BB. Je connais ses qualités, il a définitivement quelque chose en main, mais je suis ma ligne et décide de jouer post-flop sans éviter la confrontation. Baby flop 245 sur lequel j'envoie un premier barrel. Il pourrait folder avec 2 overcards mais son call me confirme sa force. Je le place au mieux sur une paire moyenne, au pire sur un monstre qu'il aurait légèrement camouflé avec une relance raisonnée pré-flop. Je suis prêt à lâcher le coup lorsque le tournant dévoile un T pour la top paire. Cette fois c'est différent, sa paire moyenne ne tient plus et je décide d'envoyer un second barrel. Payé à nouveau. Mais les dieux du poker sont avec moi en ce début de soirée et la rivière m'offre la seconde paire (As). Cette fois, même son monstre est derrière. Impassible, je suis ma ligne et lui envoie un 3e barrel dans la continuité, afin qu'il ne me place pas trop facilement sur l'As. Il paie à nouveau et muck sa main en m'indiquant, plutôt très dépité, que j'ai très mal joué ce coup ... limite "fish" quoi? Je souris mais nous n'en discuterons pas puisqu'il sortira quelques mains plus tard. Dommage, son avis m'aurait intéressé ... d'autant plus que je n'ai finalement pas vu sa main et qu'en défense de blindes, j'aurais très bien pu caller sa relance préflop avec une pocket 2 ou encore un A3 pour une suite floppée. Quoi qu'il en soit, je viens de prendre un joli pot. Up to 40K, la moyenne est à 18K.

Je reste actif et gère au mieux, d'autant plus que je reçois une livraison avec une pocket 9 qui se transforme en brelan. La table est active, call et relance sont de mise. Le flop révèle un tirage couleur possible et je décide de couper court à la main avec un nouveau 3-bet bien senti. Le pot est déjà intéressant et, après réflexion, vilain fold. Mon image est bien en place.

Le temps de passer mon premier squeeze de la soirée puis, AJs en main, je bust mon premier joueur (short stack) pour grimper à 65K, soit plus de 2 fois la moyenne. Dinner break annoncé, il reste 52 joueurs.

La suite sera plus délicate. Désert de cartes mais je prends les blindes dès que la position me le permet malgré des mains souvent marginales. Avec un tapis évoluant entre 55 et 60K, je reste bien au dessus de la moyenne alors que l'augmentation des blindes fait son effet et que les joueurs bust les uns derrière les autres.

Moment choisi pour perdre mon premier "gros" pot ... 10K que je laisse à un voisin hollandais. Bon sizing sur le continuation bet mais j'ai du laisser transparaitre quelques tells et il n'a pas hésité à m'envoyer son tapis. Avec QTs en main sur un flop sec, je ne peux que folder.

Nous sommes encore 28 lorsque la moyenne me revient dessus. Rien de mal fait, mais chaque tour coûte très cher. Je maintiens mon tapis en prenant les blindes avec A7, puis A8. Les éliminations se succèdent et je sais que si je rentre, j'engage mon tapis. Je resserre donc un peu et joue la position.

Le cap des 20 joueurs est atteint. Plus que 5 à éliminer mais je deviens doucement short. Rapide inspection des tables et des forces en présence ... une position trop statique est risquée et ça me ferait trop mal de sortir à la bulle. Pas question donc d'attendre que ça passe, j'attends un bon spot d'attaque.

Je le trouverai alors que nous sommes encore 17 en jeu. ATs en BB aux blindes 2500/5000, il me reste 7BB. Fold général si ce n'est le (second) hollandais de service, aggro à souhait qui m'envoie 10K. Insta push de ma part; je lui annonce que je sais qu'il paiera, ce qu'il fait sans sourciller. Il montre JTo ... mais touchera son J sur la rivière. Sick sortie mais comme toujours, je la prends avec le sourire même si j'aurais apprécié ce premier ITM sur un tournoi de cette envergure.

Ce sera donc "next"! Content de mon jeu, avec le sentiment d'avoir trouvé un bon dosage entre agressivité et lecture posée en jeu post-flop. Beaucoup plus attentif en position et moins aux cartes, même si je dois bien avouer que j'ai été bien servi ce soir.

Ce jeu me plaît, il faut bosser encore et encore et surtout, bien plus difficile à mon sens, conserver un niveau de jeu élevé au quotidien, sans craindre la sortie ou me préoccuper des bad beat. Les clés sont là. Ca progresse et je m'amuse. Il reste à concrétiser!
Lire La Suite...

lundi 7 mai 2012

Qui a dit "staking"?


Presque un an déjà que j'ai débarqué dans la blogosphère ... le temps passe très vite. Extrait d'un de mes précédents articles, que je relis avec plaisir ce matin : "Sur le plan humain ... que du positif! ... de chouettes rencontres, virtuelles encore pour certaines, bien réelles pour d'autres. Une communauté très diversifiée, une saine concurrence qui n'empêche pas les échanges fructueux et une envie commune de progresser plus fort, plus vite, plus loin ... ". Avec le recul, je n'y changerais pas un mot si ce n'est peut être que les rencontres sont aujourd'hui plus concrêtes que virtuelles et je m'en réjouis!

Côté jeu, beaucoup d'approximation au départ mais de suite une énorme envie d'apprendre et progresser. Aujourd'hui j'en récolte les premiers fruits, avec un jeu en constante évolution, plus solide, plus agressif et que je travaille pour qu'il soit également plus créatif.

Pas encore de "grosse" performance à ce jour mais un total de 26 ITM ces 2 derniers mois, soit une entrée dans les places payées un peu plus d'une fois sur 3. Mes objectifs de début d'année (voir précédent article "Premier bilan de cette demi-année") sont en bonne voie d'être atteints. Une première participation sur un tournoi majeur (main event du PPD de Saint Amand), une seconde à venir au PPD de Chaudfontaine, près de $1000 de gains depuis le début de cette année et ... un objectif avoué de faire un saut de puce en septembre prochain à Cannes pour y jouer le side event. Que du plaisir!

Le timing me semble donc idéal ... pour un premier staking. Qui a dit "staking"? Un de plus diront certains? Oui et non ... car celui-ci sera d'un genre tout particulier. Et oui ... pas question pour moi de jouer sans prise de risque, en proposant un staking pour lequel mes associés peuvent gagner mais aussi ... tout perdre.

Alors j'ai décidé de prendre le contre-pied des staking traditionnels et d'innover avec un staking "garanti".

Comment? En garantissant 80% du montant investi. Oui, vous avez bien lu ... 80% soit un investissement presque sans risque et un retour qui pourrait bien être important!

Sur quels tournois? Le choix est clair! Je jouerai sur Golden Palace ... le $10,000 NL Holdem SH qui se déroule chaque jour à 19H30. Un tournoi qui propose un stack initial de 5,000 jetons et des blindes de 12 minutes pour un buy-in de $54. Avec 1 joueur sur 7 payé en moyenne et plus de $2000 promis au vainqueur lors de chaque tournoi, la structure convient parfaitement à mon jeu et mes chances de rentabiliser ce premier staking sont énormes. Afin de contrer la variance, le staking portera sur un minimum de 25 tournois, soit un staking minimum de 1000€, répartis en 100 parts de 10€.

Et moi, je gagne quoi là? Pas d'investissement initial à 50% comme cela se pratique habituellement ce qui m'apportera une certaine flexibilité. Côté gains, je ponctionnerai 20% des gains et reverserai les 80% restants à mes stakeurs, au prorata de leur investissement. Autrement dit, une proposition win-win plutôt innovante et tout cela presque sans risque. Alors, intéressé(e)?

Un exemple... non 2!

1. Stakeur X investi 100€. 25 tournois plus tard, quelques ITM et places d'honneur durement acquises, les gains s'élèvent à 1700€ (staking initial de 1000€). 80% des gains sont redistribués soit 1700 x 80% = 1360€. Avec 10 parts en main, stakeur X se voit gratifié de 136€ pour 100€ investis, soit un ROI de 36%!

2. Stakeur X investi 100€. Malgré un jeu solide et quelques ITM, les gains ne sont malheureusement pas au rendez vous et ne s'élèvent en final qu' à 900€. Mes stakeurs se voient redistribuer 80% des gains, soit 900 x 80% = 720€. Avec 10 parts en main, stakeur X se donc voit gratifié de 72€ ... que je complète de 8€ provenant de ma bankroll personnelle, garantie oblige! Plutôt rassurant, non?

Limité à un tournoi par jour, le staking se déroulera sur une période idéale de 2 mois, mais qui n'excèdera pas 3 mois. Je ferai bien entendu un point précis après chaque tournoi joué (via une fiche excel) et reverserai une première tranche des gains dès la fin du premier mois, afin de satisfaire les plus "pressés".

Intéressé(e)? un petit mot via ce post, un MP via mon compte facebook ou un petit email (frederic.wilquem@numeca.be) suffisent. 100 parts à 10€ sont dès à présent disponibles.

Merci par avance de votre confiance!
Lire La Suite...

jeudi 26 avril 2012

A votre bon coeur Messieurs Dames


Soirée de gala vendredi dernier au Zenith à Bruxelles. Fort de son succès fin 2010, le groupe Golden Palace remettait le couvert, avec l'assistance du Pasha Poker Club, pour soutenir cette fois l'Ecole Joie de Vivre de Jette.

Cette école accueille des jeunes filles âgées de 12 à 21 ans, atteintes de déficience intellectuelle sévère. L'établissement les encadre au mieux dans leurs projets de vie et autres soins quotidiens. L'argent récolté permettra notamment d'organiser des classes vertes mais aussi des séjours à Disneyland Paris afin de donner un peu de rêve à ces jeunes filles défavorisées.

Une soirée caritative comme je les apprécie donc, mêlant générosité et plaisir du jeu, dans une ambiance détendue. Une excellente occasion également de rencontrer les amis. Et oui ... "facebook" est là mais comment les vraies amitiés pourraient-elles se construire sans rencontre?

Il était donc pour moi important d'être présent, et cet "event" était marqué de rouge dans mon agenda. Le déroulement de la soirée reste très longtemps un petit mystère et je découvre dans l'après midi qu'il faudra passer par une qualification pour atteindre la finale. Qu'importe, le plaisir avant tout et la formule ne me choque pas outre mesure. Assez logique de mettre en avant l'aspect caritatif avec une soirée finalement assez différente des tournois plus classiques.

Il est 20H. 96 inscrits, répartis en 12 tables de 8 joueurs. Les 2 premiers sont qualifiés pour une finale à 24 qui se déroule à 23H. Un stack de 3000 jetons au départ et des blindes de 8 minutes, ce qui ne nous laisse que 3 à 4 mains par niveau. Plutôt turbo donc, mais les quelques premiers niveaux restent abordables. Doubler endéans les 12-15 premières mains puis contrôler au mieux, tel sera l'objectif!

Je tire la table 2. Jean Michel (responsable du support chez Golden) et mon ami François Leruste (pseudo ottothys78) sont présents. Ca promet une chouette partie! "inroyak" et "pacivas", des pseudos connus de la room se joignent à nous également. Rencontres très sympathiques, avec un inroyak qui me parait aussi déjanté que sur la room online :). Le déroulement de la partie m'est plutôt favorable. Quelques bonnes mains bien exploitées face à un joueur un peu trop loose puis un face à face avec Jean Michel me permettront de prendre le lead de la table pour ne plus la quitter. Fort de mon stack, j'assure l'essentiel et laisse pacivas et inroyak sortir leurs dernières armes pour la seconde place. Ce dernier sortira vainqueur du duel et m'accompagnera ainsi en finale.

La finale propose un stack un peu plus conséquent (5000 jetons) et des blindes de 15 minutes pour un poker un peu plus fouillé. 24 finalistes répartis sur 3 tables et des prix pour chacun! Pas de tête connue à table mais le vainqueur de l'année précédente est présent ... méfiance donc! 

La première heure est délicate; pas de cartes et je bascule en mode observation. Un joueur aggresse la table en permanence. Son stack grimpe rapidement mais il ne montre rien. Moment choisi pour toucher une paire de 10 que je relance bien naturellement. 4 joueurs dans le coup sur un board Qxx et l'agresseur relance très fortement, quasiment à hauteur de mon tapis. Moment de flottement et les commentaires vont bon train sur un bluff possible de sa part. Peut être un de plus? Je reste seul face à lui et décide d'envoyer mon tapis qu'il complètera sans rechigner mais en montrant ... "air". En pur bluff ... et oui, et sans doute depuis le début! Tout bon pour moi, je double (ou presque). Son image en prend un coup; il sortira d'ailleurs un peu plus tard. 

Je peux enfin poser mon jeu et, fidèle à mon habitude, je cherche les bons spots, n'hésitant pas à agresser dès que possible ou folder lorsque nécessaire. Je grimperai ainsi à 12K, pour m'ouvrir les portes de la table finale, malgré des cartes le plus souvent bien peu engageantes. Le jeu d'accélère à l'approche de la TF et 4 joueurs sont éliminés presque simultanément. De fait, nous débutons la table finale à 8, mais je suis short stack!

Un oeil en permanence sur la liste des prix, la télévision écran plat promise au 8è classé me tente. Bon ... les 250€ en tickets Golden promis au 7e m'intéressent tout autant mais ils seront finalement pour mon ami Jean François Van Aerssen (jeanva12 pour les intimes). J'envoie assez rapidement ATo en MP et serai payé par inroyak (pas une surprise) qui dévoilera A7o ... mais touchera brelan sur le board. 

Aucun regret ... une bonne partie, des rencontres très sympathiques, de chouettes discussions, une nouvelle TF et une télévision qui trouvera rapidement sa place dans la chambre de mon fils Antoine. Que demander de plus? 

Le voyage à Las Vegas ne sera pas pour cette année mais c'est sur ... je reviendrai!
Lire La Suite...

mardi 10 avril 2012

Un ITM au PCC


Seconde visite au Poker Club Charleroi (PCC), à l'invitation de Dany, Yves et Christophe pour cette 4e manche du Challenge Europe 2012.

Le déroulement de la journée est idéal et qui plus est, l'occasion m'est donnée de retrouver sur place mes amis Sylvain et François. Quoi de plus sympathique?

Le tournoi débute vers 11H30. 118 joueurs présents, 10,000 jetons au départ, des blindes de 25 minutes et une structure assez profonde, en tout cas en début de tournoi.

Table 6, me voilà installé. Peu de monde connu mais le leader du challenge est à ma gauche et deux pseudo me sont également familiers. Pas de crainte particulière, j'observe beaucoup et je pose mon jeu en repérant mes cibles.

Je grimpe légèrement dans la première heure (13K), profitant de quelques relances en position. Viendront ensuite les premières attaques. Tout particulièrement satisfait d'un 3-bet avec "air" sur une joueuse serrée, mais qui avait peu avant confessé qu'une forte sur-relance sur une précédente main l'aurait poussé à folder.

Quelques mains plus tard, KK en main, je forcerai un joueur jugé solide à folder ce que je lis comme un brelan floppé (board 446, vilain a un 4 en main). Je relance préflop puis au flop, et 3-bet vilain à l'apparition d'une dame au tournant, sur un baby flop. Me voyant soudainement avec une paire de Q en main (ce qui aurait justifié mes relances), il se voit alors derrière le full des Q par les 4 que je viendrais de toucher et lâche sa main, dépité.

Quelques vols complémentaires et c-bet en position me feront grimper par la suite à un peu plus de 18K, bien au dessus de la moyenne à ce moment du tournoi. Les éliminations sont rapides et nombreuses, malgré une structure pourtant assez profonde en première partie de tournoi.

La pause ne m'est pas favorable, je ne touche plus rien et entre en mode "patience". Quelques moves en position me permettront toutefois de tenir le cap et maintenir mon tapis.

La table casse ... c'est toujours un moment que je redoute particulièrement, tant il m'a déjà joué de méchants tours. Je prends cette fois le temps de bien observer les tapis, les joueurs et prendre la température de la table. Le désert de cartes qui m'est proposé n'est de toute façon pas très encourageant et le mode "observation" me semble tout indiqué.

Rien de particulier à se mettre sous la dent jusqu'à toucher un 34s en BB, m'offrant une quinte floppée en HU face à Christophe Coquelet. Pas de souvenirs précis du coup mais la présence de deux pics au board et la relance sévère de Christophe me laissent à penser qu'il protège. Ma lecture n'est pourtant pas parfaite et, craignant moi aussi l'arrivée d'une carte indésirable, je décide de le relancer. Christophe prend le temps de la réflexion, envisage ma main mais clairement n'y croit pas. Il me suivra ainsi sur chaque avenue, me permettant de prendre un joli pot. Je grimpe à un peu plus de 25K. Il reste environ 50 joueurs et je suis dans la moyenne, avec plus de 40BB en main.

Quelques mains plus tard, je profiterai d'un bon spot face à Julien Saintviteux, alors en short stack. Je tente le vol au bouton avec A7s, mais Julien a du répondant et me suit à tapis avec A9o. Au vu de la cote offerte, je décide de payer. Le board me libère avec un double "7" qui me permet de grimper à plus de 30K. Les choses sérieuses commencent!

Nous ne sommes plus que 25 et je commence à souffrir. Toujours pas de jeu, des blindes qui s'accélèrent et des antes qui coutent très chers à chaque tour. Je dispose d'un peu plus de la moitié du tapis moyen, soit environ 12BB. Les éliminations se succèdent encore, seuls 11 joueurs seront payés.

Je joue peu mais mes relances sont respectées. En mode "survivor", je passe ainsi un 67s, puis un KJs en position, avant de recevoir une paire d'as (la première de la journée) en BB. Spot idéal! Une relance devant moi, un call ensuite. Relancer ne me serait pas profitable vu la profondeur des tapis et je décide donc d'envoyer la boîte. Je serai payé une fois mais mes As tiendront. Me voilà lancé pour la dernière partie du tournoi!

La patience aura payé ... bien servi en fin de tournoi, je recevrai la même paire au CO quelques mains plus tard et pousserai sans difficulté face à un joueur en tilt, tentant de récupérer ses jetons perdus en poussant un A9s. Mes As tiendront également, me propulsant à plus de 110K. Il reste environ 15 joueurs, la moyenne est de 70K. Je suis idéalement placé et envisage sereinement les ITM puis la TF

Peu habitué à gérer un tapis aussi important, j'hésiterai pourtant à relancer en vol au bouton et tenterai un move un peu approximatif avec un AQo hors position ... au final, vilain dévoile AQo également mais ayant la position, il n'a pas de mal à me faire lâcher la main. Chaque tour de blinde coûte plus de 10K et je sens que je manque un peu d'expérience dans cette phase du tournoi. Je descends ainsi à 70K alors que la moyenne grimpe à 105K, mon jeu se fragilise inutilement mais nous sommes dans les ITM.

J'ai jusque là évité les confrontations mettant en jeu mon tapis et touche alors une paire de dames en MP. Relance sévère UTG (23K, soit plus de 3 fois la BB), que faire? Je ne connais pas vilain mais son jeu m'a paru très solide jusqu'à présent. Je le place sur un As bien kické (type AJo ou ATs), voire une paire haute (JJ ou TT). J'exclus toutefois les paires supérieures, sa relance me paraissant trop importante. S'il s'agit d'une paire, je suis bien devant mais dans le cas contraire je vais au coin flip.

Je prends quelques minutes de réflexion ... il me reste 70K et prendre ce spot me permettrait de doubler, me replaçant dans le top 5 pour envisager de grinder un des 3 tickets à 500€ offerts pour le prochain PPD de Chaudfontaine. Je prends le risque et envoie de nouveau la boîte. Vilain paie et dévoile un AJo. Ma lecture est correcte ... malheureusement, un As viendra me crucifier au tournant. Je sors 11/118, dans les ITM.

Pas de regret mais l'expérience de cette phase finale en tournoi m'aura fait un peu défaut. Prochaines sorties annoncées au MiniBig Deepstack à Lidjeux les 21 et 22 avril, puis au 50K Tournament au PCC en mai prochain.

Au plaisir de vous y retrouver!
Lire La Suite...

lundi 27 février 2012

Reprise "live" à Namur


Week end passion avec la visite du salon hier à Gembloux et une sortie au casino de Namur ce dimanche. Besoin de retoucher les cartes, retrouver certains réflexes et m'imprégner très progressivement du "live" pour préparer au mieux mon premier Partouche Poker Deepstack. Une structure plutôt "turbo" sur le 60€ freezeout cette après midi, bien différente de celle qui sera proposée à Saint Amand. Mais peu importe, ce n'est qu'une reprise de contact.

J'arrive avec un peu de retard, peu après 15H. Le tournoi est entamé. Table 18 siège 6. Pas de figure connue et 85 joueurs inscrits, dans la bonne moyenne du tournoi. Nous démarrons avec 10,000 jetons et les blindes évoluent toutes les 20 minutes. La montée reste progressive jusqu'à la première pause (après 2 heures de jeu), mais par la suite la structure devient plus aggressive et il ne faut pas trainer en route!

Je prends le temps d'observer mes adversaires et repère de suite un tout gros tapis, juste à ma gauche. Plus de 2 fois le tapis de départ ... pas top ça! Egalement 2 à 3 joueurs plutôt serrés et aussi un vilain assez expressif qui rentre dans pas mal de coups, semble très porté sur les as mal kickés et ne voit que par ses top paires. Intéressant ...

Déjà quelques mois que je n'ai pas joué en "live" et mon jeu a pas mal évolué depuis lors. Je décide pourtant de l'appliquer à la lettre, sans le resserrer inutilement. Touchant un premier connecteur (89s) dès le second tour de table, je call pour un pot familial à 6 joueurs. Flop à tirage quinte pour moi, la table est passive depuis quelques mains déjà et j'envoie un premier barrel qui m'isole face à un des joueurs marqué "serré". Le tournant dévoile une carte basse et je poursuis mon attaque avec un second barrel à 3/4 pot. Vilain lâche sans résistance et je remporte mon premier pot. C'est parti!

Un ATs quelques mains plus tard ... 3 limpers devant moi et je relance à 800 sur blindes 100/200, construisant doucement une image de joueur serré aggressif. Toujours pas de résistance.

Moment choisi par Magali Nowakowski pour nous rejoindre à la table. Je ne l'ai jamais rencontrée, mais la confrontation risque d'être intéressante. Elle rentre de suite dans un coup en relançant préflop ce qui s'avèrera être un AQo puis overbet sur un flop sec. Relancée à tapis par un short stack qui touche sa troisième paire au flop, elle y perdra quelques plumes.

Mes relances sont respectées et mon tapis grimpe doucement. Je touche alors une pocket 6 et call gentiment les deux premiers limpers préflop (blindes 100/200). Le joueur expressif y va alors d'une relance bien sentie à 8BB. J'hésite longuement, nous sommes en début de partie et mon tapis ne serait pas trop atteint, mais cela me semble cher pour espérer toucher un brelan. Je folde donc après une petite minute de réflexion. Tout ça pour voir apparaître un 6 au flop ... dommage! Le piège aurait été parfait face à un tel joueur.

Nous en sommes à 13K lorsque je touche une pocket 9 au CU (blindes 300/600). Le pot est ouvert par un premier limper qui se fait relancer à 2.5K par un joueur qui me semble plutôt expérimenté. Il dispose d'un tapis équivalent au mien et a jusqu'à présent joué pas mal de broadways. Après quelques secondes de reflexion, je décide de le squeezer. C'est un bon spot, je suis passif depuis un bon tour de table, mon image devrait logiquement jouer en ma faveur. Après une petite minute de réflexion, vilain décide de folder en montrant KJo. Je grimpe à 16K pour atteindre la pause dans ma moyenne. Reste 63 joueurs en course.

Reprise avec 3 nouveaux arrivants à la table et des blindes qui grimpent à 400/800 ante 100. Ca me laisse encore 10 tours pour voir venir et je décide de poursuivre en posant mon jeu et ne gaspillant pas inutilement mes jetons.

Le croupier me gâte pourtant quelques mains plus tard, m'offrant une paire d'as. Cadeau empoisonné en final ... mais je pense avoir bien joué le coup.

Je suis en MP, blindes 400/800 ante 100. Le joueur qui est juste à ma droite ouvre le pot avec une relance à 2.5K. Je l'avais squeezé peu avant et, vu la hauteur des blindes, je prends le risque de ne pas relancer, pariant sur un fold général pour me retrouver en face à face avec une main masquée.

Pas un move très "standard" j'avoue mais murement refléchi car, avec une telle structure "turbo", extraire le maximum de value et manoeuvrer afin de doubler mon tapis me paraît important. Une sur-relance pourrait conduire vilain à folder preflop et je ne prendrais alors "que " 3.8K. Risqué bien sur ... mais si nous ne sommes que deux en jeu, ce risque me paraît très limité.

Je décide donc suivre la relance de vilain à 2.5K. Flop J96 avec un tirage couleur à pic ... vilain me relance à 4K. Je suis ma ligne de conduite et le met cette fois à tapis. Son tapis est conséquent (je dirais autour de 35K) et il me suit rapidement puis dévoile un Q8s ... de pic également. Sans doute les deux cartes les plus défavorables à ce moment de la partie mais ... je suis toujours devant sur ce qui est maintenant devenu un coin flip.

Tirage quinte et couleur pour vilain ... paire d'as pour ma part. Petit tour du côté de statistiques, c'est du 52/48! Je ne regrette pas mon move ... j'ai conduit vilain là où je voulais. Le tournant sonnera le glas de mes espérances ... le croupier dévoilant un roi de trèfle avant de poser un as de pic bien inutile.

Pas de regret ... j'ai pris un risque et cette fois les cartes n'ont pas tourné en ma faveur. Vos avis sont peut être différents et comme toujours, ils sont bienvenus.

A très vite autour des tables!
Lire La Suite...